Histoire de la médecine

médecine

L’évolution des hôpitaux

L’évolution des hôpitaux dans le monde occidental, qui sont passés du statut de pension de famille à celui de centre d’excellence scientifique, a été influencée par un certain nombre de développements sociaux et culturels. Ces influences comprennent l’évolution de la signification de la maladie, l’économie, l’emplacement géographique, la religion et l’ethnicité, le statut socio-économique des clients, la croissance scientifique et technologique et les besoins perçus des populations.

Une tradition de soins infirmiers s’est développée au cours des premières années du christianisme, lorsque l’action bienveillante de l’église consistait non seulement à soigner les malades, mais aussi à nourrir les affamés, à s’occuper des veuves et des enfants, à vêtir les pauvres et à offrir l’hospitalité aux étrangers. Cette éthique religieuse de la charité s’est poursuivie avec le développement rapide des ordres monastiques aux cinquième et sixième siècles et s’est étendue au Moyen Âge. Les monastères ont ajouté des quartiers, où soigner signifiait apporter confort et soutien spirituel. Les ordres religieux masculins ont prédominé dans les soins infirmiers médiévaux, tant dans les institutions occidentales qu’orientales. Les frères alexiens en Allemagne et dans les Pays-Bas, par exemple, ont organisé des soins pour les victimes de la peste noire au XIVe siècle. À cette époque également, les villes ont créé des institutions pour les personnes atteintes de maladies contagieuses telles que la lèpre.

Au cours de l’ère médiévale et au début de la Renaissance, les universités en Italie et plus tard en Allemagne sont devenues des centres de formation pour les médecins. L’idée que l’on pouvait guérir d’une maladie s’est également développée et, au XVIIIe siècle, les traitements médicaux et chirurgicaux étaient devenus primordiaux dans le soin des malades, et les hôpitaux étaient devenus des espaces médicalisés plutôt que religieux. Leur taille a également augmenté. Les grands hôpitaux, composés d’un millier de lits ou plus, sont apparus au début du XIXe siècle en France lorsque Napoléon les a créés pour héberger ses soldats blessés au cours de ses nombreuses guerres. Ces hôpitaux sont devenus des centres d’enseignement clinique. Puis, en 1859, Florence Nightingale a créé sa célèbre école d’infirmières, qui a eu une grande influence sur la formation des futures infirmières.

Les villes ont créé des hôpitaux d’isolement au milieu du XVIIIe siècle, et des aumôneries consacrées aux malades ou aux infirmes ont vu le jour dans les grandes villes. Cependant, les aumôneries n’étaient pas destinées à servir des cas strictement médicaux, car elles fournissaient également des soins de garde aux pauvres et aux indigents. La première institution de ce type dans le pays pour traiter les problèmes médicaux. Les médecins ont également donné l’impulsion à l’établissement des premiers hôpitaux comme moyen de dispenser un enseignement médical et comme source de prestige. Cependant, pendant la majeure partie du XIXe siècle, seules les personnes socialement marginales, pauvres ou isolées recevaient des soins médicaux dans des institutions. Lorsque les personnes des classes moyennes ou supérieures tombaient malades, leurs familles les soignaient à domicile. Même la chirurgie était couramment pratiquée au domicile des patients. Cependant, à la fin du siècle, alors que la société devenait de plus en plus industrialisée et mobile et que les pratiques médicales devenaient de plus en plus sophistiquées et complexes, la notion selon laquelle les familles responsables et les communautés bienveillantes prenaient soin des leurs est devenue plus difficile à appliquer. Il en a résulté un glissement progressif vers la professionnalisation des pratiques de soins de santé, qui a fini par inclure le développement d’un marché commercial complet et concurrentiel pour les services médicaux, qui se déroulait de plus en plus dans les hôpitaux. Les soins infirmiers ont joué un rôle important dans le passage du domicile à l’hôpital. La professionnalisation des soins infirmiers a été « peut-être l’élément unique le plus important dans le remodelage de la texture quotidienne de la vie hospitalière ».

Les hôpitaux bénévoles privés, produits du patronage protestant et de l’intendance des pauvres, étaient gérés par des administrateurs laïcs et financés par des souscriptions publiques, des legs et des dons philanthropiques. En revanche, les sœurs et les frères catholiques étaient les propriétaires, les infirmières et les administrateurs des institutions catholiques qui, en l’absence d’une importante base de donateurs, dépendaient principalement des efforts de collecte de fonds et des frais payés par les patients. Les hôpitaux publics ou municipaux financés par l’impôt acceptent les patients charitables, y compris les personnes âgées, les orphelins, les malades ou les personnes affaiblies. Certains médecins ont créé des hôpitaux privés qui complétaient la richesse et les revenus des propriétaires. Les propriétaires d’hôpitaux bénévoles et religieux à but non lucratif, en revanche, ne prenaient aucune part aux revenus de l’hôpital. Les médecins ont également développé des spécialités telles que l’ophtalmologie et l’obstétrique et ont ouvert leurs propres institutions pour ce nouveau type de pratique.

 

 

Voir : https://fr.wikipedia.org/wiki/M%C3%A9decine pour en savoir plus !

Prêt hypothécaire maison en Suisse

Prêt hypothécaire

Les conseils pour obtenir un prêt pour votre investissement immobilier

Le financement des investissements immobiliers peut être délicat. Il existe plusieurs types de prêteurs qui accordent des prêts sur les immeubles de placement, et les exigences pour financer un immeuble de placement peuvent être sensiblement différentes de celles d’une maison principale.

Cela dit, il existe une multitude d’options de financement, et il n’est pas très difficile de trouver un prêt pour votre prochain investissement immobilier. Cependant, trouver le meilleur prêt possible pour votre investissement demande un peu plus de travail. Voici cinq suggestions qui peuvent vous aider à vous assurer que le processus se déroule en douceur et que vous financez votre investissement immobilier aux meilleures conditions possibles.

Les conseils pour obtenir le meilleur prêt possible
Si vous êtes un emprunteur raisonnablement qualifié, vous pouvez généralement trouver quelqu’un pour vous prêter l’argent nécessaire à vos investissements immobiliers. Cependant, vous ne voulez pas n’importe quel prêt – vous voulez le meilleur prêt pour investissement immobilier que vous puissiez obtenir.

Pour ce faire, vous devez être le demandeur le plus attrayant possible aux yeux des prêteurs. Dans cette optique, voici cinq suggestions pour vous aider à trouver le meilleur prêt pour votre prochain investissement immobilier.

1. Améliorez votre cote de crédit
Que vous demandiez un prêt hypothécaire classique pour votre immeuble de placement ou un prêt commercial fondé sur l’actif, vous pouvez être sûr que votre cote de crédit entrera en ligne de compte. Les prêteurs vérifient généralement votre score de crédit FICO auprès des trois principales agences d’évaluation du crédit et utilisent votre score moyen pour déterminer votre admissibilité, le montant de votre mise de fonds et votre taux d’intérêt.

On a un score FICO d’environ 700. Les scores vont de 300 à 850, et les scores les plus élevés sont les meilleurs. Si vous n’êtes pas familier avec le fonctionnement de votre score FICO, notre site web frère L’Ascension propose un excellent guide des scores FICO qui vaut vraiment la peine d’être lu.

Voici l’essentiel : vous pouvez obtenir un prêt hypothécaire pour un immeuble de placement avec un score de crédit de 600 ou plus. Cependant, on vous demandera peut-être de verser un acompte plus élevé que vous ne le souhaitez et votre taux d’intérêt pourrait être nettement supérieur à la moyenne.

Vous pourriez également être surpris par la différence que peut faire un changement apparemment minime du taux d’intérêt ou du TAP. Par exemple, disons qu’un prêteur offre des prêts hypothécaires pour immeubles de placement sur 30 ans avec un taux d’intérêt annuel fixe de 4,50 % aux emprunteurs les plus qualifiés. Cependant, comme votre cote de crédit est bonne mais pas excellente, il vous propose un taux de 5,25 %. Sur un prêt hypothécaire de 250 000 $, vous payeriez près de 41 000 $ d’intérêts supplémentaires sur la durée du prêt par rapport à un emprunteur de premier ordre.

Un score FICO® de 740 ou plus vous qualifie généralement pour les meilleures conditions d’un prêteur, donc travailler sur votre score de crédit peut être une décision extrêmement intelligente.

2. Mettez de l’ordre dans vos documents relatifs aux revenus et à l’emploi
Il existe des prêteurs basés sur l’actif qui ne se soucient pas de vos revenus personnels ou de vos antécédents professionnels lorsque vous demandez un prêt pour un immeuble de placement, et pour être clair, ils peuvent être d’excellentes options. Cependant, les prêteurs conventionnels offrent généralement de meilleures conditions que les prêteurs basés sur l’actif, et ils tiendront certainement compte de vos revenus et de votre situation professionnelle lorsqu’ils prendront leurs décisions de prêt.

Si vous demandez un prêt conventionnel, votre ratio dette/revenu ne peut généralement pas dépasser 45 %, y compris le paiement prévu sur votre nouveau prêt immobilier. Vous pouvez inclure les trois quarts du revenu locatif prévu de la propriété aux fins de qualification, mais vous devrez toujours être en mesure de documenter vos autres sources de revenu.

Ainsi, avant de commencer à chercher un prêt, il est bon de rassembler tous les documents relatifs à vos revenus. Cela comprend vos deux dernières déclarations de revenus, les formulaires W-2 et/ou 1099, et quelques talons de salaire récents. Il est également utile d’avoir le numéro de téléphone d’une personne (par exemple, le service des ressources humaines de votre employeur) qui peut vérifier depuis combien de temps vous occupez votre emploi.

 

Pour en savoir plus :

  1. https://inp-finanz-romandie.ch/financement-immobilier/maison/
  2. www.ca-nextbank.ch
  3. www.credit-suisse.com
  4. www.migrosbank.ch
  5. www.raiffeisen.ch
  6. www.mobiliere.ch
  7. www.banqueduleman.ch

Question à poser à un chirurgien esthétique

 

Question à poser à un chirurgien esthétique

Qui est un candidat pour cette procédure ?

La rhinoplastie est indiquée pour deux types de patients : ceux qui cherchent à modifier la forme ou la taille de leur nez pour des raisons esthétiques et ceux qui cherchent une reconstruction ou une réparation pour des raisons fonctionnelles.

À partir de quel âge peut-on l’effectuer ?

Il est conseillé d’attendre que le patient se soit développé physiquement, car pendant la puberté, le corps et le visage changent continuellement, ce qui peut entraîner un développement défectueux du nez ou lui faire acquérir à nouveau la caractéristique négative qui a été modifiée par l’intervention.

Comment se déroule l’intervention ?

L’intervention peut être réalisée par l’intérieur du nez (rhinoplastie fermée) en pratiquant de petites incisions à l’intérieur des narines, ou par une petite incision dans la columelle (rhinoplastie ouverte), notamment pour les cas plus complexes.

Quel type d’anesthésie est utilisé ?

Cela dépend du cas. On a généralement recours à l’anesthésie générale, mais l’intervention peut également être réalisée sous anesthésie locale et sédation, en ambulatoire, c’est-à-dire sans hospitalisation.

Comment se passe la période postopératoire ?

Après l’opération, il est normal de constater des ecchymoses et un certain gonflement de la zone, qui disparaîtront au bout de 10 à 15 jours et permettront au patient de reprendre ses activités quotidiennes. Toute gêne que le patient peut ressentir sera généralement contrôlée par des analgésiques prescrits par le chirurgien.

Y aura-t-il des cicatrices ?

Les cicatrices sont généralement invisibles ou inappréciables selon la technique utilisée. Dans le cas d’une rhinoplastie fermée, l’incision est pratiquée à l’intérieur des narines afin qu’elles soient complètement cachées. Dans le cas d’une rhinoplastie ouverte, bien que la petite incision soit pratiquée à un endroit visible (dans la peau qui sépare les deux narines), la cicatrice est généralement bonne et, dans la plupart des cas, il n’y aura qu’une ligne très fine, peu visible.

La rhinoplastie ultrasonique est une opération très avancé. La rhinoplastie secondaire est aussi une opération envisageable dans certain cas. La rhinoplastie médicale gros nez est pratiqué par les spécialistes pour réduire le nez et lui donner une élégance.

Résultat

Le résultat est permanent et, entre les mains d’un chirurgien expérimenté, très satisfaisant pour le patient. Il peut être vu immédiatement, mais il sera définitif un an après l’opération.

La chirurgie esthétique du nez suscite de nombreux doutes qui ne sont pas toujours faciles à dissiper entre le chirurgien et le patient. Ce n’est pas pour rien qu’il s’agit de l’une des interventions chirurgicales considérées comme les plus complexes par les professionnels eux-mêmes.

Le premier doute est le suivant : vaut-il mieux une rhinoplastie ouverte ou fermée ? La rhinoplastie fermée ne laisse pas de cicatrices et ses résultats sont excellents entre des mains expertes, mais la rhinoplastie ouverte nous permet de traiter tous les éléments du nez ensemble, en visualisant directement comment la disposition des tissus change à chaque manœuvre chirurgicale.

Nous préférons toujours la technique ouverte car nous comprenons que le nez doit être traité comme un tout pour atteindre une harmonie maximale et cette vision globale de toutes les structures ne peut être obtenue que de cette façon.

La deuxième question est : est-ce que cela va changer mon visage ? Aujourd’hui, grâce à la rhinoplastie ouverte, nous sommes en mesure d’obtenir des résultats totalement naturels. Nous n’aimons pas les nez stéréotypés et identiques que certains chirurgiens  ont insisté pour obtenir. L’objectif de la rhinoplastie doit être d’améliorer ces caractéristiques nasales excessives ou disharmonieuses tout en conservant la structure de base afin que le patient puisse continuer à ressentir ce nez comme le sien.

Est-ce que je vais respirer plus mal ?

La rhinoplastie esthétique peut être associée à d’autres techniques visant à améliorer le passage de l’air, comme la septoplastie ou la turbinectomie. Ainsi, non seulement nous conservons la même capacité respiratoire, mais nous sommes en mesure de l’améliorer.

Pouvoir obtenir ces résultats naturels et satisfaisants dépend d’un long entretien avec le chirurgien plasticien, qui étudie chaque détail de l’anatomie du patient et parle des attentes finales de l’opération et de chaque élément à améliorer.

La rhinoplastie ou chirurgie du nez est une intervention de chirurgie esthétique qui vise à réparer ou à remodeler les défauts du nez.

Bien que la rhinoplastie soit le plus souvent réalisée à des fins esthétiques, elle est également utilisée pour corriger les défauts structurels qui peuvent causer des problèmes respiratoires chez les patients.

Le résultat final doit rechercher l’harmonie du visage, en respectant les caractéristiques du visage du patient.

Il ne s’agit pas seulement d’augmenter, de réduire ou de modifier la forme et la taille du nez.

Il est nécessaire de l’adapter aux traits et aux caractéristiques de chaque personne.

Tout au long de nos plus de 30 ans d’expérience dans ce type d’interventions, nous avons reçu des centaines de questions de nos patients concernant cette intervention.

Que peut-on corriger avec une rhinoplastie ?

Comme nous l’avons mentionné dans l’introduction de l’article, la rhinoplastie peut avoir des objectifs purement esthétiques.

C’est-à-dire se concentrer sur la correction de la bosse ou de l’arête du nez, pour résoudre l’ouverture excessive des narines ?

Ou encore, pour modifier une pointe nasale bulbeuse ou très pointue, pour corriger des défauts ou des blessures congénitales ou pour traiter la déviation de la cloison nasale afin de résoudre les problèmes respiratoires.

Tout ce que vous devez savoir sur la chirurgie plastique
Au cours des trois ou quatre dernières décennies, la chirurgie plastique est devenue un terme populaire, mais elle est souvent mal comprise et mal jugée.

Au cours des trois à quatre dernières décennies, la chirurgie plastique est devenue un terme populaire, mais elle est souvent mal comprise et mal jugée. La disponibilité de la chirurgie plastique et le nombre de personnes qui y ont recours ont beaucoup augmenté. Les célébrités et les personnes influentes qui ont recours à ces procédures ont renforcé sa popularité, mais ont également donné lieu à de nombreuses spéculations sur la signification exacte de la « chirurgie plastique ».

Chirurgie plastique :

Le terme « chirurgie plastique » est dérivé du mot grec « plastikos » qui signifie « mouler ». Les chirurgiens esthétiques et plastiques pratiquent cette procédure en rétablissant la fonction et la forme (l’apparence) de diverses parties du corps humain. La chirurgie plastique peut être de deux types : la chirurgie reconstructive et la chirurgie esthétique ou cosmétique. La chirurgie reconstructive vise à restaurer la fonction perdue à la suite d’un accident, de brûlures, d’un cancer ou de malformations congénitales, tandis que la chirurgie esthétique ou cosmétique vise à améliorer ou à modifier l’apparence d’une personne. La chirurgie plastique est un domaine qui comprend un large éventail de procédures effectuées sur toutes les parties du corps, des cheveux aux pieds.

Chirurgie reconstructive :

La chirurgie reconstructive fait référence à la chirurgie pratiquée sur n’importe quelle partie du corps pour en rétablir la fonction normale, qu’il s’agisse du visage, du nez, des mains ou de toute autre partie. Certains patients sont nés avec des déformations telles que des fentes labiales et palatines, des nez déformés, des mains anormales, etc. D’autres peuvent avoir besoin d’une reconstruction après un accident, une brûlure, l’ablation d’un cancer, une fracture, une microchirurgie des mains et des pieds, etc. L’ablation d’un cancer dans n’importe quelle partie du corps est une procédure déformante qui nécessite souvent une reconstruction. Qu’il s’agisse du visage après un cancer de la bouche ou du sein après l’ablation d’un cancer, la chirurgie esthétique et reconstructrice fait des merveilles pour restaurer la fonction et aider les patients dans leur processus de guérison.

La chirurgie esthétique :

Elle est également appelée chirurgie esthétique. La chirurgie esthétique comprend des procédures qui remodèlent et améliorent certaines parties du corps, améliorant ainsi l’apparence et l’image corporelle. Les patients qui ont une attitude positive et des attentes réalistes quant à l’apparence qu’ils souhaitent modifier peuvent envisager une chirurgie esthétique. Il est important d’être bien informé et conscient des bénéfices attendus et des risques possibles lorsqu’on choisit de subir une intervention esthétique. La chirurgie esthétique doit être un choix personnel et ne pas être pratiquée pour plaire aux autres.

La chirurgie esthétique peut être pratiquée sur n’importe quelle partie du corps, mais les interventions les plus courantes sont les suivantes :

– l’augmentation ou la réduction mammaire
– L’abdominoplastie, pour réduire la taille du ventre.
– Rhinoplastie pour modifier la forme du nez
– la liposuccion
– Chirurgie des paupières

La liste est bien sûr infinie. De nombreux hôpitaux proposent une chirurgie esthétique de classe mondiale, avec les résultats souhaités. Il existe également des procédures non chirurgicales comme les produits de comblement et le Botox qui aident à éliminer les signes de vieillissement. La chirurgie des paupières et du visage enlève des années au visage, lui donnant un aspect rajeuni.

Une procédure populaire chez les femmes est le « Mommy Makeover », qui comprend le resserrement des seins et du ventre pour éliminer la peau flasque. Contrairement à une idée reçue, les hommes optent aussi très souvent pour la chirurgie esthétique. Il peut s’agir de l’élimination de l’excès de graisse, du resserrement du ventre, de la correction des seins masculins, du lifting du visage et de la chirurgie des paupières.

Les patients qui ont perdu beaucoup de poids, notamment après une grossesse ou une chirurgie bariatrique, sont de bons candidats à la chirurgie esthétique pour éliminer l’excès de peau et de graisse.

Au cours des dernières décennies, la chirurgie esthétique a été présentée au commun des mortels (et des femmes) par des célébrités qui ont parlé de leurs expériences personnelles. Grâce aux progrès réalisés dans les domaines de la technologie, de la recherche médicale et de la formation médicale, la chirurgie esthétique est devenue plus sûre et plus accessible que jamais.

Lorsque vous envisagez de recourir à la chirurgie esthétique pour vous-même, il est important de consulter un chirurgien plasticien certifié et bien formé et de choisir un institut réputé offrant des services complets de chirurgie esthétique et plastique. Une consultation détaillée et une discussion honnête sont les pierres angulaires d’un résultat heureux. Venez préparer votre première consultation avec vos questions et nous y répondrons pour vous !

L’hôpital est un institut de soins tertiaires de premier plan, doté de salles d’opération et de salles de réveil ultramodernes. Notre équipe sera à vos côtés à chaque étape de ce nouveau voyage !

Doit-elle être hospitalisée ?

Ce n’est pas nécessaire.

Un patient qui a été opéré le matin peut rentrer chez lui en milieu d’après-midi.

Y a-t-il des cicatrices après l’opération ?

Si la rhinoplastie est fermée, toute l’opération est réalisée par voie interne.

C’est-à-dire par l’intérieur des narines.

Si elle est effectuée de manière ouverte, seule une petite incision externe sera pratiquée, qui est pratiquement imperceptible.

L’intervention est-elle douloureuse ?

La rhinoplastie ne fait pas mal.

L’intervention est réalisée avec le patient sous anesthésie locale de haute précision et sous sédation, ce qui en fait une opération rapide et indolore.

Tout au plus, le patient peut remarquer un léger écoulement nasal, mais sans aucune douleur.

Il peut également apparaître quelques bleus autour des yeux, qui sont totalement indolores et disparaissent sans traitement en 7 jours environ.

Quand pourrai-je reprendre le travail ?

Le patient, en fonction du travail qu’il effectue, pourra reprendre le travail 24 à 48 heures après l’intervention.

En outre, le patient peut pratiquement mener une vie normale presque immédiatement.

Éviter les efforts intenses et les longues séances de sport, ainsi que l’exposition prolongée au soleil.

Existe-t-il un moyen de voir les résultats possibles avant l’intervention ?

L’expérience du chirurgien plastique lui-même, l’étude préalable de la physionomie du patient qui lui permet de se faire une idée du résultat final, et les photos avant et après de patients présentant des caractéristiques similaires.

De plus, nous disposons de numériseurs d’images qui nous permettent de voir les corrections à apporter et les transformations qui amélioreront le visage avec un haut niveau de précision.

À partir de quel âge peut-on pratiquer une rhinoplastie ?

Lorsque le développement physique est terminé.

Il n’est pas possible de fixer un âge spécifique, il doit être évalué individuellement.

Il y a des patients qui peuvent être opérés à 14 ans et d’autres qui doivent attendre après 18 ans.

Qu’est-ce que la septoplastie ?

Il s’agit d’une intervention chirurgicale visant à corriger la déviation de la cloison nasale.

Par des incisions à l’intérieur du nez, la cloison nasale est corrigée en taillant, repositionnant et remplaçant le cartilage ou l’os.

L’objectif principal de l’opération est d’améliorer la circulation de l’air dans les voies nasales tout en maintenant et en améliorant l’esthétique.

La rhinoplastie peut-elle être réalisée sans chirurgie ?

Oui, mais pour corriger des défauts considérés comme mineurs, tels que des renflements du nez ou des bosses.

Pour cela, des produits résorbables tels que l’acide hyaluronique ou l’hydroxyapatite sont injectés dans certaines zones du nez pour corriger visuellement ces déformations peu prononcées.

La rhinoplastie est-elle la même pour les hommes et les femmes ?

Bien que la technique utilisée soit très similaire, il existe des différences tant dans les critères esthétiques que dans l’anatomie du nez des hommes et des femmes.

Il existe également de nombreuses différences dans la largeur nasale, la largeur dorsale et le positionnement de la bosse.

Selon le groupe ethnique auquel appartient le patient, il existe également une différence dans la position de la bosse.

Rhinoplastie de révision

La rhinoplastie de révision peut corriger des problèmes qui surviennent après une rhinoplastie précédente, comme une imperfection esthétique ou un problème respiratoire. Elle n’est généralement effectuée qu’un an après l’intervention initiale. Cela donne au nez le temps de guérir complètement.

La rhinoplastie de révision est un défi car elle doit répondre au problème initial ainsi qu’au résultat de la chirurgie précédente. Les chirurgiens rhinoplasticiens de Duke sont compétents en matière de rhinoplastie de révision et fournissent une évaluation honnête de ce qui peut et ne peut pas être réalisé.

Chirurgie du nez pour corriger des problèmes fonctionnels
La chirurgie du nez peut être nécessaire pour corriger un problème médical tel qu’une obstruction nasale ou des problèmes respiratoires. Les problèmes fonctionnels suivants peuvent bénéficier d’une chirurgie du nez.

 

En savoir plus sur la chirurgie de la rhinoplastie à Genève :

  1. https://www.aesthetics-ge.ch/fr/traitements/chirurgie-du-visage/chirurgie-esthetique-du-nez/
  2. https://www.swissmed-esthetics.com/fr
  3. https://www.raspaldo.ch
  4. https://www.drelias.ch
  5. https://www.hug.ch/
  6. https://www.drprevot.com/
  7. https://www.dr-bayol.ch/fr/

Hifu avis 2020

Hifu avis 2020

Comment fonctionne le traitement UFHI-RM ?

L’acronyme UFHI-RM signifie ultrasons focalisés de haute intensité guidés par imagerie par résonance magnétique. Pendant l’intervention, la patiente est allongée à plat ventre dans un scanner IRM, qui génère des images tridimensionnelles du fibrome. Ces images peuvent être utilisées par le radiologue pour diriger les ondes ultrasonores focalisées sur le fibrome, afin de détruire sélectivement la croissance et de surveiller le traitement.

Pourquoi les UFHI par RM sont-ils si doux ?
Il s’agit d’une combinaison de deux techniques qui ne causent aucun dommage ou blessure au corps. Vous connaissez peut-être déjà les ultrasons que vous avez vus chez votre gynécologue. L’imagerie par résonance magnétique est tout aussi sûre et agressive. Cette procédure utilise des champs magnétiques puissants qui sont totalement inoffensifs pour le corps humain. Les patients ne sont pas exposés aux rayons X pendant la procédure. Lors de l’ablation des fibromes à l’aide des UFHI par RM, il n’y a aucune blessure de la peau, car les ultrasons ne sont focalisés qu’en profondeur dans les tissus du corps. Cette méthode est donc plus douce et beaucoup moins risquée que les autres procédures de traitement des fibromes.

Quelle est la durée du traitement ?
L’ensemble de la procédure MR-HIFU dure environ trois heures – en fonction de la taille des fibromes – et est totalement indolore. Vous restez pleinement conscient pendant l’intervention, mais vous recevrez un sédatif léger au début du traitement. L’intervention peut généralement être réalisée en ambulatoire. Vous pouvez reprendre vos activités normales dès le lendemain.

Quel est le coût du traitement par UFHI-RM ?
Les UFHI par RM étant une méthode relativement nouvelle d’élimination des fibromes, vous devez discuter de vos options de traitement et de vos questions sur les coûts de remboursement avec votre assurance maladie et votre gynécologue avant de planifier toute intervention pour le traitement des fibromes.

Ultrasons focalisés de haute intensité

En octobre 2015, on a approuvé le premier système à ultrasons pour l’ablation du tissu prostatique. Ce nouveau traitement appelé ultrasons focalisés de haute intensité ou HIFU, est une technologie utilisant des ondes ultrasonores pour détruire les tissus cancéreux présents dans la prostate.

Les UFHI fonctionnent en transmettant une force mécanique par le biais d’ondes ultrasonores qui génèrent de la chaleur sur le tissu malin. Comme la prostate se trouve en profondeur dans le bassin, on utilise une sonde placée dans le rectum qui émet un faisceau d’ondes ultrasonores. Cela permet aux HIFU de diriger avec précision le faisceau vers la zone où se trouve le cancer dans la prostate, ce qui entraîne l’ablation de la tumeur.

Initialement bloqué pour approbation
Les questions relatives à la sécurité, le manque d’informations et les déficiences avaient été les freins à l’approbation dans le passé. Les HIFU avaient été approuvés par d’autres pays où plus de 50 000 hommes avaient été traités par cette procédure, ce qui avait incité certains hommes  à se rendre à l’étranger pour se faire soigner. Mais maintenant qu’elle est approuvée, les médecins peuvent la proposer comme une option non invasive qui peut cibler et traiter les tumeurs de manière sélective, tout en préservant les tissus sains environnants.

L’utilisation des HIFU présente certaines spécificités

Les HIFU ne sont pas une technologie nouvelle dans le traitement du cancer. Cette technologie a déjà été utilisée dans le traitement des tumeurs malignes du sein, du foie, du rein, du pancréas et des os. Cependant, avec des données de survie à 5 ans de 99 % dans les traitements actuels du cancer de la prostate par chirurgie, la technologie doit offrir d’excellentes données de survie ainsi que de faibles taux de complication pour concurrencer la norme de soins actuelle dans la pratique, la prostatectomie robotisée.

La sélection adéquate des cas est le facteur le plus important pour considérer les UFHI comme une option de traitement. Comme pour tout diagnostic de cancer, un plan de soins individualisé est nécessaire pour répondre au mieux aux besoins du patient. L’admissibilité au traitement par UFHI dépend de la présence ou non d’un cancer de bas grade qui ne s’est pas propagé à l’extérieur de la prostate.

Après le lifting HIFU : Ce qu’il faut faire avant et après le traitement

Les HIFU (Ultrasons Focalisés de Haute Intensité) sont la meilleure option pour les personnes âgées dont la peau semble rugueuse en raison des problèmes de peau liés à la vieillesse. Pour retrouver une peau lisse et brillante comme au temps de leurs vieux jours, les personnes souffrant de problèmes de peau, en général, peuvent recourir au traitement cutané HIFU.

En effet, il s’agit d’une procédure indolore et non invasive qui contribue au rajeunissement et au meilleur résultat qu’elle offre. Cependant, malgré la simplicité du processus, il est essentiel d’en savoir le plus possible sur les soins postopératoires du lifting HIFU.

Pourquoi le suivi est important pour les traitements de lifting par HIFU ?

Le suivi est très important en raison des complications qui peuvent survenir après le traitement HIFU.

Pour en tirer le meilleur parti, il est donc important que vous suiviez scrupuleusement les procédures de suivi du traitement HIFU Facelift afin d’en accroître l’efficacité. Une adhésion paresseuse aux pratiques de suivi peut entraîner une hyperpigmentation.

L’objectif principal d’un traitement cosmétique est d’améliorer la santé, le bonheur et l’apparence générale.

Vous corrigez les erreurs et les dommages causés par des soins de la peau inadaptés et l’effet de l’environnement. À cet égard, le traitement de la peau est une perte de temps si une procédure de postcure efficace n’est pas suivie pour garantir des résultats efficaces qui peuvent résister à l’épreuve du temps.

Un suivi approprié permet de :

Réduire le risque de complications
d’améliorer vos résultats
Moins de risques de gaspiller vos efforts
En un mot, nous vous ferons comprendre que la procédure de suivi est tout aussi importante que le processus principal lui-même.

Mais avant d’aborder l’aspect postcure du traitement HIFU, voyons ce que vous devez faire avant la procédure de traitement proprement dite.

 

Pour en savoir plus sur le sujet :

  1. https://www.aesthetics-ge.ch/fr/traitements/hifu-geneve-ultherapy/
  2. www.cmege.ch
  3. corysespacebeauté.ch
  4. www.otelina-medecine-esthetique.ch
  5. www.aesthetics-ge.ch

Augmentation mammaire 2021

augmentation mammaire

Un sein qui a été opéré ne nécessite pas de soins très spécifiques ou compliqués. Pendant le processus postopératoire, par exemple après une augmentation mammaire, l’essentiel est de faire preuve de bon sens pour atteindre l’objectif principal : protéger la zone autant que possible. L’objectif est d’éviter que tout incident n’endommage le sein pendant qu’il est dans cet état de rétablissement.

Il n’existe pas de « règle » générale sur le rythme de la guérison après une opération du sein. En cela aussi, chaque patient est unique. Après l’opération, les seins passent par un processus postopératoire qui se terminera par le règlement des résultats de l’intervention. Et où la patiente verra son sein beaucoup plus attrayant. Mais, quelles sont les précautions à prendre d’ici là ?

LIMITATIONS DE LA CIRCULATION

Les mouvements brusques des bras doivent être évités, de même que le fait de soulever des objets lourds. En général, l’effort fourni avec les armes doit être minimal et éviter tout contact avec la zone opérée. Un seul faux mouvement et nous pouvons frapper un sein. Il est préférable de prévenir. Quant aux gestes et aux actions qui impliquent une activité des membres supérieurs – comme la conduite -, ils peuvent être un peu difficiles au début. Comme valeur ajoutée, ce repos fonctionnel des bras réduit l’inflammation et accélère le processus de guérison.

Rendez vous dans une clinique pour faire une augmentation mammaire. Genève est une ville où on peut trouver assez de chirurgien spécialisé en augmentation mammaire.

La zone pectorale, bien sûr, doit également rester en repos relatif, c’est-à-dire avec des mouvements naturels et doux. La partie supérieure du tronc ne doit pas être soumise à des mouvements brusques ou à un stress, par exemple par le sport – ne faites pas de sport avant au moins deux mois. Pour qu’il n’y ait pas de rotation (déplacement) de la prothèse.

ÉVITER LES BOUMONS

La tâche de protection qui vous est confiée en ce moment vise avant tout à éviter que vos seins ne soient touchés. Car, en plus de la douleur générée, elle peut endommager les résultats d’une opération récente. C’est pourquoi, si vous venez de subir une intervention chirurgicale et que vous avez reçu un coup violent à la poitrine, vous devez consulter votre médecin immédiatement.

Comme nous l’avons souligné dans la section précédente, l’important est d’avancer sans brusquerie. Semaine après semaine, le risque d’un coup sévère affectant l’opération sera beaucoup plus faible. Le gonflement initial des seins diminuera peu à peu, et la patiente pourra ensuite montrer son nouveau sein complètement rétabli.

LE BON SOUTIEN

Concernant le soutien-gorge à utiliser après une opération du sein. Ce doit être celui recommandé par le chirurgien, et doit être utilisé jusqu’à ce que le chirurgien l’indique. Tout cela afin de ne pas compromettre le résultat obtenu en salle d’opération. Ce type de soutien-gorge ne peut être abandonné tant que la poitrine reste gonflée. C’est une condition importante pour prendre soin (correctement) d’un sein opéré.

Parfois, un bandage peut également être recommandé dans les premières heures (ou les premiers jours) suivant l’opération. Après cela, il faut cependant porter un soutien-gorge spécial qui couvre toute la poitrine. Les soutiens-gorge post-opératoires comportent, par exemple, une ouverture à l’avant – qui facilite l’accès à la zone opérée. Il s’agit de dessins qui maintiennent les seins serrés, mais de manière douce et délicate.

HYDRATE

La peau, après une augmentation mammaire, en plus d’être gonflée, est plus « tendue ». Cela peut provoquer une sécheresse et une sensation de tiraillement. Et la chose la plus bénéfique à faire dans ce cas est d’appliquer une bonne crème qui hydrate la zone. Grâce à cette mesure, elle contribue également à prévenir l’apparition de vergetures.

– Sensation de chaud/froid :
En raison d’une altération temporaire de la sensibilité, vous pouvez avoir une sensation de froid ou de chaleur dans la peau du sein, ce qui est également normal.

– Palpation de l’implant :
S’il n’y a pas assez de tissu mammaire pour couvrir l’ensemble de l’implant, on peut le sentir au toucher dans les zones les plus non protégées, comme la zone latérale et inférieure. Dans la zone supérieure et le clivage, le muscle pectoral cachera l’implant à la palpation s’il est placé en position sous-musculaire. La meilleure façon d’éviter cette palpation est de placer de petits implants chez les patientes très minces ou ayant peu de tissu mammaire, ou d’associer le lipofilling à de la graisse autologue.

Avez-vous remarqué l’un de ces symptômes ? Si vous avez des doutes sur les symptômes après une opération d’augmentation mammaire, demandez uniquement à votre chirurgien, pour savoir si ce que vous voyez ou ressentez est normal. Si vous cherchez des réponses dans des forums non spécialisés, vous risquez de vous alarmer inutilement. Dites-nous ce que vous en pensez !

– Dureté :
Après une augmentation mammaire par prothèse, tous les tissus entourant l’implant sont gonflés et donc épaissis, et sont perçus au toucher avec plus de dureté. En outre, cet espace auparavant plus détendu est occupé par un implant, parfois d’un volume important qui étire la zone en lui donnant encore plus de fermeté.

Chaque mois, les seins doivent être plus souples que les mois précédents, bien que certaines prothèses mettent plus de temps que d’autres à être souples au toucher, comme celles qui sont recouvertes de polyuréthane.

La raison de s’inquiéter serait qu’un sein s’assouplisse et l’autre se durcisse, ou que les seins qui étaient plus souples soient perçus comme de plus en plus durs, car dans ce cas, s’il pouvait s’agir d’établir une contracture capsulaire.

Voir aussi https://www.hug.ch/chirurgie-plastique-reconstructive-esthetique pour en savoir plus !