Résultat due à la méconnaissance du botox

Le botox et mise en garde

Certaines victimes, dont beaucoup ont subi des piqûres pour des raisons médicales et pour lisser les rides, se retrouvent avec des problèmes de santé graves et apparemment incurables.

Alors que ce traitement controversé est en pleine expansion, on s’adresse aux victimes qui vont poursuivre deux de ses plus grands fabricants.

VINGT-QUATRE personnes qui affirment que les injections de botuline ont détruit leur vie ont l’intention de poursuivre deux fabricants importants.

Selon les preuves recueillies, l’utilisation du Botox  Paris, détenu et commercialisé par Allergan et la société française Ipsen, a entraîné des effets secondaires qui ont changé la vie de milliers de personnes dans le monde.

Alerte à propos des piqûres de Botox à 180 euros dans les magasins de la rue
Après s’être rencontrées par le biais d’un groupe de soutien sur Facebook, 24 victimes se sont unies dans l’espoir de poursuivre les géants pharmaceutiques.

Alors que les experts avertissent que les traitements à 189 euros, que Superdrug a commencé à proposer la semaine dernière dans sa boutique phare de Londres, ne doivent pas être considérés de la même manière que d’autres traitements de beauté moins invasifs, les clients – dont beaucoup sont influencés par des émissions de télévision comme Love Island, où des concurrents d’une vingtaine d’années ont recours au Botox pour garder leur visage « parfait » – sont sûrs de faire la queue pour adoucir leurs rides de froncement.

Se débarrasser de ses rides, c’est ce que certains des 24 plaignants espéraient faire lorsqu’ils ont reçu le Botox pour la première fois ; d’autres l’ont reçu sur ordonnance pour des raisons médicales.

Marie José, professeur de fitness à Londres, travaille en étroite collaboration avec l’avocat pénal Stephane et les 23 autres victimes pour que les principaux producteurs de traitements au Botox de type A fassent l’objet d’une enquête et soient traduits en justice.

« J’ai fait cinq ans de recherche et j’ai trouvé de nombreuses preuves que les différents symptômes, maladies et affections dont souffrent les personnes atteintes de Botox ont été causés par les produits fournis par ces entreprises.

Nous avons également la preuve que la toxine et les ingrédients des injections restent dans le sang pendant de nombreuses années, circulant dans le corps, affectant le cerveau et le fonctionnement des organes, causant des dommages neurologiques et autres, qui a l’intention de présenter cette affaire au tribunal.

Bien que de nombreux médecins s’accordent à dire que le Botox peut être nocif, seuls quelques-uns ont réalisé des études ou écrit des articles sur le sujet.

Une étude de quatre ans a conclu qu’un état connu sous le nom de syndrome de communication neuronale altérée est une complication grave et durable du traitement au Botox.

Le problème est que peu de médecins le connaissent et que les malades sont souvent mal diagnostiqués.

Il n’y a actuellement aucune prise de conscience généralisée du syndrome au sein de la société médicale. Il est urgent de poursuivre les recherches.

Elle est présente dans une centaine de pays, emploie 17 000 personnes et possède une multitude de marques connues, dont le produit Botox.

Ipsen est une société pharmaceutique française employant 1 000 personnes, qui développe et commercialise des médicaments dont Dysport®, nom commercial du botulinum de type A, la bactérie responsable du botulisme – une maladie rare et potentiellement mortelle.

Lorsqu’il est utilisé en petites quantités – pour des raisons médicales ou esthétiques – le Botox est généralement considéré comme sûr.
On pense souvent à tort que le Botox est utilisé à des fins purement cosmétiques.

 

Pour en savoir plus : https://centremarceau.com/

A propos du botox

A propos du botox

Si vous envisagez de profiter des injections de Botox pour des raisons esthétiques, vous devriez avoir de nombreuses questions auxquelles il faut répondre. Chaque fois que vous allez faire quelque chose à votre corps qui nécessite une prise de décision, vous devez le faire en connaissance de cause. Voici une liste des questions les plus courantes que vous devriez poser concernant le Botox.

QU’EST-CE QUE LES INJECTIONS DE BOTOX ?
Lorsque les gens entendent parler du Botox et que son nom technique est toxine botulique, beaucoup deviennent craintifs à cause du mot « toxine ». De nombreuses idées fausses se forment alors. Le Botox est la forme purifiée de la toxine botulique. Cette substance est dérivée d’une bactérie. Encore un autre concept que les gens interprètent mal. Penser que parce qu’elle est dérivée d’une bactérie, elle est automatiquement mauvaise pour vous.

Gardez cela à l’esprit :

Les bonnes bactéries, ça existe
Le Botox n’est nocif que lorsqu’il est administré en grande quantité
Le Botox donné pour l’amélioration de l’apparence l’est en quantités réglementées
Cette substance est utilisée depuis des décennies dans le traitement de la réduction des rides.

COMMENT FONCTIONNENT LES INJECTIONS DE BOTOX ?
Pour comprendre le fonctionnement des injections de Botox, il est important de comprendre comment les rides se forment. Parce que tout le monde finit par avoir des rides, on ne réfléchit pas beaucoup à la façon dont elles se forment.

Les rides sont ces plis de la peau qui se remarquent, et elles comprennent également des plis ou des crêtes.

Il existe de nombreuses raisons différentes pour lesquelles les gens développent des rides, bien que le vieillissement soit blâmé pour la plupart d’entre elles. Il existe d’autres causes :

Une trop forte exposition au soleil a causé des dommages à la peau

Fumer
Consommation d’alcool
Une hydratation insuffisante pour l’organisme
Certains types de médicaments
Exposition de l’environnement
Facteurs génétiques
Expressions faciales

Le Botox est le plus efficace pour aider à la fois à prévenir les rides et à réduire la visibilité de celles qui se sont formées. Cela ne s’applique qu’aux rides qui se sont formées à la suite d’une expression faciale. Il n’est également bénéfique que pour les zones spécifiques du visage où les rides se sont formées. Ces zones sont les rides du front, entre les yeux et autour des coins des yeux, où les lignes sont communément appelées pattes d’oie. Comme vous le remarquerez, toutes ces zones sont sujettes aux expressions du visage.

Le Botox est une substance qui peut bloquer les signaux que les muscles envoient aux nerfs. C’est le muscle qui reçoit l’injection et une fois qu’il l’a fait, le muscle ne peut plus se contracter. Cela permet aux rides de se détendre et de prendre une apparence plus douce.

LES INJECTIONS DE BOTOX SONT-ELLES SÛRES ?
Le traitement des rides par le Botox est une pratique sûre depuis des années. Ce n’est pas quelque chose de nouveau, ce qui signifierait qu’il n’existe pas de données prouvant son innocuité. C’est pourquoi le gouvernement canadien a approuvé l’utilisation du Botox pour le traitement des rides dans le domaine de l’esthétique.

En même temps, le Botox est administré par injection. Cela signifie que seules les personnes ayant reçu une formation adéquate et qualifiées devraient administrer des traitements au Botox pour aider à réduire les rides.

Pour en savoir plus : http://annuaire.costaud.net/33192-chirurgie-esthetique-paris-site-decouvrir.html

Conseils avant et après le Botox Facial

botox-avant-et-après-

L’application du Botox est une procédure médico-esthétique modérément invasive, très sûre et confortable qui ne nécessite pas de pré-post-chirurgie.

AVANT LE TRAITEMENT

Ne prenez pas de médicaments qui ont un effet anticoagulant comme l’acide acétylsalicylique (Aspirine, Adiro, etc.).
Le traitement ne sera pas appliqué aux femmes enceintes ou allaitantes.
Ne pas consommer d’aliments ou de boissons ayant des effets vasodilatateurs (aliments épicés, boissons alcoolisées, café…) Bien qu’il ne soit pas nécessaire de suivre un régime alimentaire particulier au préalable ou de partir à jeun, nous recommandons de ne pas consommer d’aliments ou de boissons ayant des effets vasodilatateurs (aliments épicés, boissons alcoolisées, café…).

Pour se documenter sur le sujet : https://fr.wikipedia.org/wiki/Toxine_botulique

APRÈS LE TRAITEMENT

Pendant les 4 premières heures suivant le traitement, essayez de ne pas vous allonger.
Ne pas frotter la zone traitée pendant au moins 24 heures pour éviter que la toxine botulique ne se propage aux zones adjacentes.
Après le traitement, ne faites pas d’exercice ou n’allez pas dans les saunas ou les bains de vapeur avant que 24 heures se soient écoulées.
Faites des exercices de contraction des muscles traités pendant 2 semaines, afin de disperser correctement la Toxine Botulique.
Le traitement à la Toxine Botulique a un effet temporaire sur les rides. Si vous souhaitez un effet à plus long terme, nous vous recommandons la chirurgie plastique. Cependant, le traitement à la toxine botulique permet d’obtenir des effets satisfaisants avec un risque minimal et à un prix très abordable.

Si vous souhaitez plus d’informations, vous pouvez nous demander sans aucune obligation en lisant cet article : http://esct-france.com/botox-pour-hommes/

LE TRAITEMENT

Le traitement est effectué en une seule séance d’environ 20 minutes, les effets étant visibles 4 jours après son application.
De petites quantités de toxine botulique purifiée (Botox) sont appliquées par micro-injections qui vont détendre le muscle, bloquant les impulsions nerveuses qui produisent les contractions musculaires. Comme il n’y a pas de contraction, les rides de la zone traitée disparaissent. Son action inhibe l’acétylcholine de la terminaison nerveuse et détend les muscles en les empêchant de se contracter. Au fil du temps, les terminaisons nerveuses seront régénérées et de 4 à 6 mois, la fonction musculaire sera complètement rétablie.

Visitez aussi : https://www.riccardomarsili.fr/medecine-esthetique/toxine-botulique

La fonction du Botox est d’atténuer l’activité musculaire qui provoque les rides d’expression. Il est utilisé au niveau du front et des pattes d’oie de manière isolée ou en complément du lifting.

CE QUE VOUS POUVEZ REMARQUER

En général, aucun effet secondaire n’apparaît, cependant, des ecchymoses, un léger mal de tête, une sensation de poids sur le front et très rarement des paupières tombantes. N’hésitez pas à nous contacter pour toute question ou problème que vous pourriez avoir à nos numéros de téléphone habituels, pour savoir comment les choses se passent.

AUTRES

Ne confiez votre traitement qu’à des centres médicaux autorisés par les autorités sanitaires. Dans la Communauté, il est nécessaire d’avoir une autorisation de dépôt de médicaments pour manipuler le Vistabel/Botox. Demandez à votre centre de santé s’il dispose de cette autorisation.

Quelle est la meilleure marque de Toxine Botulique pour l’élimination des rides ?

toxine-botulique

La toxine botulique est une substance qui a réussi à marquer un avant et un après en médecine ; elle est même cataloguée comme la pénicilline du 21e siècle, en raison de ses résultats surprenants dans divers domaines médicaux et, dans le domaine esthétique, comme l’un des traitements les plus connus et les plus appréciés pour prévenir et éliminer rapidement les rides.

En général, les procédures esthétiques qui sont réalisées avec la toxine botulique de type A, sont généralement connues sous le nom de Botox puisqu’il s’agit de la première marque déposée, mais depuis plusieurs années, il existe une variété de marques de cette toxine dans le monde entier.

Malheureusement, il existe peu d’études comparatives et concluantes pour déterminer quelle est la meilleure marque de toxine botulique de type A que nous pouvons utiliser, et les rares qui existent ont l’inconvénient d’avoir été commanditées par les mêmes laboratoires pour faire valoir leurs particularités et logiquement donner plus de valeur à leur propre produit.

La toxine botulique, également connue sous le nom commercial de Botox, est déjà répandue comme l’un des traitements les plus éprouvés de la migraine chronique. Bien que diverses études aient été menées sur son efficacité au niveau international, nous voulions évaluer l’efficacité de la toxine botulique dans le contexte clinique espagnol, pour voir quels types de patients obtiennent les meilleurs résultats avec ce traitement et comment nous pourrions les aider à réduire le handicap causé par cette maladie. À cette fin, pendant 12 mois, les jours de céphalée, l’intensité, les médicaments symptomatiques administrés, les visites aux urgences et les jours d’invalidité vécus par les patients qui ont commencé leur traitement à la toxine botulique ont été enregistrés.

L’étude montre que plus de 66% des patients répondent positivement au traitement dans les trois premiers mois et qu’après un an de traitement, près de 80% des patients souffrant de migraines chroniques présentent une réduction de plus de 50% du nombre de maux de tête par mois. Dans tous ces cas, on a constaté une diminution des maux de tête par mois, de leur intensité et du recours aux traitements et aux médicaments complémentaires.

L’administration de la toxine botulique pour les maux de tête est normalement effectuée tous les trois mois. Chez certains patients, il peut être utilisé en monothérapie, c’est-à-dire comme seul traitement préventif. Cependant, d’autres patients doivent encore l’associer à d’autres types de traitements préventifs.  L’étude montre qu’il y a déjà un changement dans la fréquence et la gravité des maux de tête juste après la première dose de toxine botulique et que l’amélioration se poursuit aux doses suivantes. En outre, la poursuite du traitement augmente le pourcentage de patients qui y répondent de manière excellente : de près de 20 % dans les trois premiers mois à près de 30 % par an. Ces résultats montrent donc l’importance de poursuivre le traitement à la toxine botulique au-delà de la première dose, même lorsqu’il n’est pas extraordinairement efficace au départ.

L’étude souligne également que la poursuite du traitement non seulement diminue progressivement le recours à d’autres traitements, mais réduit également le nombre de jours d’incapacité, de visites d’urgence ou d’éventuels effets indésirables du traitement : seuls 12 % des patients ont subi des effets indésirables après la première dose, dont 10 % étaient légers ; après 12 mois, 95 % des patients n’ont signalé aucun effet indésirable, ce qui suggère que la poursuite de l’exposition améliore la tolérabilité.

La principale conclusion de cette étude est cependant que les chances d’efficacité de ce traitement augmentent au fur et à mesure que le temps s’écoule entre le moment où la migraine devient chronique et le début du traitement. L’analyse des données obtenues montre que les patients qui souffrent de cette maladie depuis moins longtemps, ceux qui présentent moins de jours d’incapacité par mois et un mal de tête moins important, ont plus de chances de répondre positivement au traitement à la toxine botulique.

Si vous en France que vous voulez qu’on vous injecte du Botox à Paris , n’hésitez surtout pas à faire des recherches sur  le web. Vous trouverez de bons spécialistes.

Dans ma pratique professionnelle, j’ai eu l’occasion d’utiliser chacune des marques disponibles sur le marché, et j’ai constaté que toutes présentent plus de similitudes que de différences, par exemple ; elles ont toutes le même ingrédient actif, qui est la toxine botulique de type A, elles fonctionnent de la même manière, elles traitent des affections similaires, leur composant de dilution est le même, elles sont injectées de la même manière, le degré de douleur que le patient pourrait ressentir est très similaire et elles sont toutes totalement sûres. Même les effets secondaires, qui se produisent rarement, sont les mêmes (ceux produits par l’injection, comme les ecchymoses) et tous ont d’excellents résultats lorsqu’ils sont appliqués sur les muscles et aussi sur les glandes sudoripares pour traiter l’hyperhidrose (excès de sueur).

Bien qu’il puisse y avoir de légères différences entre elles, pour le grand public, elles sont négligeables et reposent davantage sur les techniques d’infiltration et de préservation que sur les effets. Parmi les différences que nous observons le plus fréquemment et sur lesquelles nous sommes d’accord avec la plupart de nos collègues esthéticiens, il y a celles liées aux temps de début d’action et à la durée des effets qui sont obtenus avec les différentes marques.

Nous pouvons conclure que toutes ces marques sont sûres et efficaces, de sorte que l’aspect le plus important pour décider d’une marque ou d’une autre est la sélection d’un spécialiste dûment qualifié, ayant suffisamment de connaissances et d’expertise pour placer ce type de produit, qui fera une grande différence entre un visage naturel ou un visage congelé.

Le Botox aussi pour la migraine chronique

Le SEN présente une étude sur la toxine botulique comme traitement préventif de la migraine chronique, à laquelle ont participé 13 centres dans tout un pays et où près d’un millier de patients ont été recrutés dans le but de refléter la pratique clinique normale, au-delà des essais réalisés à ce jour.

Les chances que la toxine botulique obtienne un bon résultat augmentent à mesure que le temps s’écoule entre le moment où la migraine devient chronique et le début du traitement.

80 % des patients souffrant de migraine chronique traités à la toxine botulique pendant un an présentent une réduction de plus de 50 % du nombre de jours de céphalée par mois.

La poursuite du traitement augmente le pourcentage de patients qui montrent une excellente réponse au traitement : de près de 20 % dans les trois premiers mois à près de 30 % par an.

Dans certains pays plus de 1,5 million de personnes souffrent de migraines chroniques, c’est-à-dire qu’elles ont des maux de tête plus de 15 jours par mois. Et au moins 25 % des patients souffrant de migraines n’ont jamais consulté leur médecin.

Les chances que la toxine botulique ait de bons résultats augmentent à mesure que le temps s’écoule entre le moment où la migraine devient chronique et le début du traitement.

https://centremarceau.comhttps://www.victoire-haussmann.comhttps://www.dr-netter-dermatologue.fr/ ,https://www.riccardomarsili.fr/medecine-esthetique/toxine-botuliquehttps://www.marais-esthetique.fr/https://www.medecinelaserpalaisroyal.fr/https://www.epilium-paris.com/ et https://www.docteur-sechaud.com/

Le botox chez les hommes et dans les troubles du mouvement

Botox chez les hommes

Le botox chez les hommes et dans les troubles du mouvement

 

Le botox chez les hommes

Depuis quelques années, les femmes ne sont plus les seules à être vues dans les cliniques de beauté. Il est vrai qu’elles sont les plus grands consommateurs de ce type de services, mais de plus en plus d’hommes demandent des traitements pour améliorer leur image et leur apparence. Les traitements les plus efficaces sont ceux qui visent à éliminer les graisses localisées, les implants capillaires et les traitements anti-âge, en particulier le traitement Botox.

 

TRAITEMENT AU BOTOX POUR LE FRONT ET LES SOURCILS CHEZ L’HOMME

C’est le traitement vedette pour redonner au regard un aspect plus jeune, plus masculin et plus intense. Le Botox est appliqué dans la partie supérieure du visage, c’est-à-dire le front, entre les sourcils et les pattes d’oie, pour moduler la contraction des muscles de la zone et éviter ainsi la formation ou le maintien de rides dynamiques.

La peau des hommes présente des caractéristiques différentes de celle des femmes : elle est plus épaisse et les sécrétions de graisse sont plus importantes, ce qui favorise l’apparition de rides plus profondes et plus marquées. Par conséquent, une fois le traitement anti-âge établi, il est conseillé de le compléter par des produits de comblement du visage.

Le botox permet :

  • Remplacement des volumes dans les plans profonds, compensation des modifications des paquets de graisse faciale ou des modifications osseuses
  • Rééquilibrer les forces musculaires responsables du mimétisme facial, en particulier dans la zone du regard, mais aussi dans des cas tels que les sourires gingivaux ou les gestes des lèvres
  • Améliorer la qualité de la peau ; travailler à la fois avec des agents de remplissage dermique et des crèmes à base d’acide rétinoïque ou même des formules de base

LE BOTOX AGIT-IL SUR LE FRONT D’UN HOMME ?

Le Botox agit localement en bloquant la jonction entre la terminaison nerveuse et la fibre musculaire, ce qui entraîne une paralysie musculaire partielle ou totale temporaire, sans produire de lésions physiques de ces structures. Ainsi, nous inhibons totalement ou partiellement la contraction des muscles qui donnent naissance aux rides d’expression

 

BOTOX MASCULIN : APRÈS LE TRAITEMENT

Après l’application du Botox, vous pouvez immédiatement reprendre vos tâches habituelles, votre travail, vos réunions sociales, etc. Les soins ultérieurs sont minimes : dans les 4 heures qui suivent l’application, il faut éviter de se frotter le visage (il faut faire attention à ne pas le faire en se lavant après le traitement) ou de s’allonger, afin que le médicament injecté ne se répande pas aux endroits indésirables.

N’allez pas dans les saunas ou les gymnases le jour du traitement pour éviter tout problème aux points d’injection.

Tous les traitements au Botox comprennent une deuxième fois, ou une retouche, après 7 à 10 jours si nécessaire.

QU’EST-CE QUE LE BOTOX POUR LES HOMMES ?

Le botox capillaire est un traitement utilisé dans le domaine de la coiffure. Bien qu’on l’appelle le botox des cheveux, aucune toxine botulinique n’est utilisée dans la production du produit.

Il s’agit d’un produit appliqué directement sur les cheveux par massage et chaleur, et il est indiqué pour la restauration des cheveux endommagés.

COMMENT FONCTIONNE LE BOTOX SUR LES LÈVRES POUR LES HOMMES ?

Les petites rides qui se forment sur les lèvres sont associées à une perte du volume sous-jacent et à la détérioration de la qualité de la peau dans cette zone. C’est pourquoi les traitements par excellence dans ce domaine sont les remplisseurs de lèvres du visage.

LE PRIX DU BOTOX POUR LES HOMMES

Les prix du traitement au Botox varient selon l’application et comprennent la première séance et une deuxième fois, ou une retouche, après 7-10 jours si nécessaire.

 

LA RAISON D’ÊTRE UN HOMME ET INJECTER DU BOTOX ?

Ma femme l’utilise depuis longtemps, et l’un des aspects que je remarque le plus est la relaxation de son visage et le fait qu’elle a l’air plus belle et plus reposée lorsqu’elle porte du Botox. Elle a l’air plus détendue. Dans cet environnement, un jour, un de mes enfants m’a demandé pourquoi je semblais toujours être en colère. La vérité est que je n’y ai pas accordé d’importance, mais peu à peu cette phrase s’est répétée en moi. Je me suis regardé dans le miroir, et c’était vrai. Après un certain temps, et après avoir vu les effets du Botox sur le visage de ma femme, j’ai pris la décision de me rendre dans une clinique, en dehors des tabous.

 

POURQUOI AI-JE VOULU INJECTER DU BOTOX EN SECRET ?

Je ne sais pas pourquoi les hommes ont encore certains préjugés. Dans mon groupe d’amis, cela provoquerait un certain remue-ménage. Mieux vaut ne rien dire. Je ne voulais pas que ma femme le sache non plus. Je voulais voir si elle allait remarquer quelque chose ou non. Je voulais voir si quelqu’un avait remarqué quelque chose.

Comment trouver une clinique pour injecter du Botox pour hommes ?

J’ai fait des recherches en ligne et après trois consultations dans des cliniques de beauté, j’ai choisi un Docteur qui a l’habitude d’injecter du botox. Je ne sais pas pourquoi, mais elle m’a donné un peu de confiance. J’aime plus les cliniques qui ont un nom propre que celles qui sont une chaîne ou une franchise. Au moins, je connais le visage de la personne qui va me soigner. Et je connais son CV. Je n’ai plus de regrets maintenant.

 

Comment s’est déroulée la première consultation ?

Je suis allé à son bureau. Après une attente d’environ 15 minutes et avoir rempli un document sur la protection des données, j’ai été remis au médecin. Elle a pris une photo de mon visage et m’a expliqué comment se déroulait le traitement. J’ai froncé les sourcils plusieurs fois. Le médecin a dit que ce mouvement serait limité et que, par conséquent, j’aurais l’air plus détendu. Elle a expliqué que le Botox n’est pas un produit de remplissage et qu’en réalité, il bloque certains muscles. Cela ferait remonter mes sourcils un peu, mais pas beaucoup, et les rides du front s’adouciraient.

IL M’A INFORMÉ DES PRIX, ET DES CONTRE-INDICATIONS.

Le prix n’était pas le moins cher, ni le plus cher. Une fois informé, avec les prix, et après avoir lu le consentement (si vous lisez tout, je pense que vous ne vous déciderez jamais), je suis allé à la consultation pour les injections. Là encore, le médecin a indiqué les principaux effets que le Botox pouvait avoir. L’un des effets secondaires est le ptosis palpébral. Cela signifie que pendant quelques jours, l’œil peut sembler un peu plus fermé. Elle me dit que cela n’arrive que dans de rares cas, et qu’en quelques jours, cela disparaît. Au cours de ses années d’expérience, elle dit avoir eu quelques cas chez des femmes. Ouf, c’est effrayant ! Mais pourquoi cela m’arriverait-il ? Elle m’a expliqué quel produit elle allait mettre sur moi. Le médecin m’a expliqué qu’il existe plusieurs marques, mais qu’elle a utilisé le Botóx des laboratoires Allergan depuis son origine, et qu’elle en a essayé d’autres, mais que c’est celui qui lui a donné les meilleurs résultats.  Elle m’a dit que ses effets dureraient de 4 à 6 mois.

 

J’ai finalement accepté le traitement. Un membre de son équipe m’a passé un formulaire de consentement que j’ai signé, expliquant les conséquences du traitement et que je les ai acceptées. En bref, c’est le traitement esthétique médical le plus populaire au monde !

 

COMMENT S’EST DÉROULÉ LE TRAITEMENT AU BOTOX ?

Ils m’ont fait asseoir sur la table, le médecin m’a fait froncer les sourcils plusieurs fois et a marqué quelques points de suture sur le haut de mon visage. Ils m’ont fait m’allonger et ont préparé une seringue. Dans mon état nerveux, je n’ai pratiquement pas remarqué de douleur. Le médecin me piquait le front, et j’avais l’impression d’être picoré. C’était comme des pincements qui ne causaient que peu de douleur durable. Elle m’a donné du Botox dans la région des sourcils, un peu sur le front et aussi sur le côté des yeux. Plus tard, il m’a donné quelques indications sur ce que je ne pouvais pas faire et sur ce qui allait se passer (on ne peut pas s’allonger immédiatement, et ça ne marche que 8 ou 10 jours plus tard).

 

QU’AI-JE RESSENTI DANS LES JOURS QUI ONT SUIVI LE TRAITEMENT AU BOTOX POUR HOMMES ?

Quelques petites piqûres d’épingle pouvaient révéler le traitement, mais en quelques heures, elles disparaissaient. Chez moi, ils n’ont même pas remarqué. La vérité est que la seule sensation que j’ai remarqué les jours suivants était une certaine lourdeur sur mon front, mais elle n’était pas très gênante. Je n’ai rien dit. Au bout d’une semaine, ce sentiment est passé, et vous ne remarquez pratiquement aucun changement. S’il est vrai que vous ne pouvez pas beaucoup froncer les sourcils et qu’il est difficile de faire des rides avec votre front. Le changement est si lent que vous intégrez votre image dans votre tête et vous ne le remarquez pas, mais vous remarquez quelque chose. Deux semaines après le traitement, vous retournez à la clinique et le médecin décide si vous avez besoin de plus ou pas.

LE BOTOX CHEZ LES HOMMES AVANT ET APRÈS, LE TRAITEMENT A-T-IL FONCTIONNÉ ?

Comme je l’ai dit, les effets du traitement sont très lents, mais l’avant et l’après du Botox, est clair. Vous vous en rendez mieux compte lorsque le médecin vous montre la photo qu’elle a prise avant le traitement. Ouf, c’est là que vous remarquez le changement. Vous pouvez le voir dans les rides entre vos sourcils et dans le fait que lorsque vous faites certains gestes, vos rides ne répondent plus comme avant. Les gens ne peuvent pas imaginer ce que vous avez fait. Certaines personnes qui ne vous ont pas vu depuis un certain temps vous disent que vous allez mieux, que vous semblez plus détendu. Vous remarquez que votre visage est plus gai et, en général, vous vous sentez mieux. J’ai finalement avoué à ma femme que j’avais reçu le traitement. Elle m’a dit qu’elle n’avait pas remarqué, mais qu’elle avait l’air beaucoup mieux. Elle a mis cela sur le compte d’un stress moindre et je lui ai dit que je dormais mieux ces derniers temps. La vérité est qu’elle était de bonne humeur et m’a ensuite encouragé à répéter le traitement.

Le problème est arrivé au cours du 5e mois de la demande. Sans que je n’aie rien dit à personne, mes collègues ont commencé à me dire que j’étais mal en point. Si je ne me suis pas bien reposé, si quelque chose m’est arrivée. Je vous en parlerai. J’ai appelé le bureau, et ils m’ont dit que c’était normal et qu’au sixième mois, les effets du Botox disparaîtraient. J’ai décidé de ne revenir qu’un an plus tard et de ne le faire qu’une fois par an.

Les injections de botox permettent de paralyser les muscles des rides pendant trois à neuf mois.

De cette façon, vos rides sont cachées ou supprimées.

Votre peau sera plus lisse et plus éclatante.

Après 4 à 6 mois, vous pouvez répéter le traitement.

L’effet du Botox est maintenu plus longtemps après que le patient a subi plusieurs traitements.

 

BOTOX : TOUS LES 3-4 MOIS

 

Quant aux traitements moins agressifs, tels que les injectables, les fils, les peelings ou les lasers et les ultrasons, il est généralement recommandé de laisser passer un certain temps entre les séances. Même en combinant plusieurs traitements, plutôt que de doubler la dose d’un seul. Une peau plus jeune répond mieux à tout stimulus. Avec l’âge, cette capacité diminue. C’est pourquoi ils ont généralement besoin d’une combinaison de traitements pour obtenir un résultat satisfaisant, par exemple, plus d’acide hyaluronique réticulé et des fils de serrage  explique un medecin d’une clinique. Les combiner ne signifie pas accélérer la fréquence d’utilisation. Un docteur suggère d’espacer les ponctions avec de la toxine botulique A (Botox, pour être clair) entre 3 et 4 mois. C’est le temps qu’il faut aux neurones pour se restaurer et libérer l’acétylcholine, le neurotransmetteur responsable de la contraction des muscles. Se piquer plus souvent n’a aucun sens. Mettre plus que la quantité recommandée ne fait qu’entraîner une paralysie faciale excessive et non naturelle, mais pas plus durable.

 

La toxine botulique de type A, également appelée BOTOX et Dysport par son nom commercial, est l’une des techniques les plus utilisées pour les traitements esthétiques du visage. Le Botox est apparu sur le marché il y a plus de 20 ans et reste le traitement préféré de la plupart de nos patients. En raison de son efficacité, de son aspect pratique, de sa durée et de sa sécurité. Comme il est sur le marché depuis si longtemps, sa sécurité à moyen et long terme a été prouvée.

 

Mais il est également vrai qu’il existe de nombreux mythes et théories populaires sur le Botox et son efficacité. En raison du manque d’information et de l’ignorance, de nombreux patients associent souvent le Botox au danger, à l’engourdissement des muscles et à de mauvais résultats. En fait, le muscle se détend, on a l’impression qu’il est engourdi, mais ce qui dérange le plus les patients, c’est que la relaxation modifie certaines expressions et leur donne un aspect peu naturel.

Toutefois, si le traitement est administré par un dermatologue professionnel, cela ne se produit généralement pas. Vous trouverez certains des mythes et des doutes les plus courants que nous entendons de la part de nouveaux patients qui veulent commencer un traitement en médecine esthétique du visage. La grande majorité des gens s’interrogent généralement sur les effets secondaires du Botox, c’est de cela que nous allons parler ci-dessous :

QUELS SONT LES EFFETS DU BOTOX ?

Comme tous les médicaments, le Botox n’est pas exempt d’effets secondaires, mais pour cela il est important de savoir comment la Toxine Botulique fonctionne.

Les injections de Botox ont un effet sur la zone où elles sont appliquées. L’objectif atteint est dû à la contraction des muscles où il est injecté, de cette façon les rides et les lignes d’expression du visage sont adoucies. Les rides d’expression ne sont rien d’autre que les marques produites par les mouvements répétés du visage dans notre vie quotidienne (sourire, froncer les sourcils ou relever le front, par exemple).

En comprenant le fonctionnement du Botox, nous pouvons dire qu’il a deux effets secondaires et que les deux peuvent être éliminés si le traitement est bien administré :

  1. EFFETS DE LA PONCTION ET DE L’APPLICATION DU PRODUIT :

Les petites aiguilles avec lesquelles le Botox est administré font généralement mal et laissent une sensation de piqûre. Rarement, elles laissent aussi des ecchymoses ou des gonflements sur le visage. C’est inévitable mais peut être grandement réduit avec l’application d’un anesthésique local et, bien sûr, avec le temps.

Plus le professionnel sera expérimenté, moins les aiguilles seront douloureuses et moins nous risquerons d’avoir des bleus et des marques.

  1. LA SUBSTANCE DU BOTOX AFFECTE GÉNÉRALEMENT D’AUTRES ZONES DU VISAGE

 

C’est le deuxième effet négatif du Botox et il est dû à l’administration du produit lui-même. Lorsqu’un patient décide de commencer un traitement au Botox, il est important de bien spécifier la zone à traiter car c’est là que le point de ponction de la Toxine Botulique sera appliqué.

Si le traitement est administré par une personne non formée ou si le patient ne respecte pas les soins post-traitement, il y a un risque que la substance se propage à d’autres muscles du visage. Ce n’est pas dangereux, mais ce n’est pas non plus recommandé.

Pour réduire les effets secondaires du Botox, le traitement devrait idéalement être effectué par un dermatologue spécialisé en médecine esthétique. Sinon, le patient court le risque d’avoir des sourcils asymétriques, des paupières tombantes, un mauvais tonus musculaire ou le fameux visage Botox, c’est-à-dire des expressions artificielles dans un visage qui a perdu son naturel.

Le botox dans les troubles du mouvement

La toxine botulique a gagné une immense popularité depuis son introduction à des fins thérapeutiques. Elle est utilisée dans une variété de troubles du mouvement comme les spasmes hémi-faciaux, les dystonies focales comme le blépharospasme, la dystonie cervicale, la dystonie oromandibulaire, les dystonies des membres. Il est également utilisé chez les patients souffrant de tremblements, de tics et pour diverses indications dans la maladie de Parkinson. Il existe huit sous-types de toxines, mais les types A et B sont ceux utilisés dans les cliniques spécialisées dans les troubles du mouvement. La toxine agit principalement en inhibant la libération d’acétylcholine à la jonction neuromusculaire et en provoquant une faiblesse. La toxine de type B a plus d’effet sur le système nerveux autonome et est donc préférée pour les troubles hypersécrétoires. L’utilisation de l’électromyographie et des ultrasons améliore encore la précision de la procédure. Il s’agit d’une option thérapeutique relativement sûre, dont l’effet dure environ trois mois. Elle a très peu d’effets secondaires. L’essentiel est de commencer avec la dose la plus faible possible, puis d’augmenter progressivement la dose en fonction de la réponse du patient. Le choix des bons muscles à injecter est de la plus haute importance et est guidé par la connaissance de l’anatomie des muscles.

Mots-clés : Dystonie, muscle, maladie de Parkinson, tremblement
Message clé : Le rôle de la toxine botulique dans l’amélioration d’une variété de symptômes associés aux troubles du mouvement comme le spasme hémifacial, les dystonies focales comme le blépharospasme, la dystonie cervicale, la dystonie oromandibulaire, les dystonies des membres, les tremblements, les tics et la maladie Parkinson′s est discuté. La méthode d’administration de l’injection à différents endroits et les effets secondaires produits ont également été présentés.

La toxine botulique a parcouru un long chemin, passant du statut de poison alimentaire à celui d’une substance facilement utilisable pour diverses affections cliniques, y compris les troubles du mouvement. Le mot « botulinum » est dérivé du mot latin « botulus » qui signifie « saucisse », car il a été découvert comme contaminant dans une saucisse mal conservée. Elle a montré un potentiel thérapeutique énorme en tant que neurotoxine depuis sa découverte au 18ème siècle. Dans les années 1980, on a découvert que cette toxine produisait une faiblesse neuromusculaire aiguë et des effets anticholinergiques, des découvertes qui ont ouvert l’horizon de son utilisation médicale.

Types de toxines et mécanisme d’action

La toxine botulique est produite par une bactérie anaérobie appelée « Clostridium bacillus ». C’est une exotoxine ayant huit sérotypes nommés A à H. Les types A et B ont été désignés pour la première fois par Georgenia Burke en 1919 et sont les seuls approuvés actuellement pour un usage thérapeutique. On a décrit pour la première fois la toxine de type C en 1922 ; puis, en 1928, Meyer et Gunnison ont décrit les variétés de type D et E. La toxine botulique de type F et G a été introduite par Moller et Scheibein en 1960 et par Gimenex et Ciccarelli en 1970.Le type H est la toxine la plus mortelle disponible, qui a été découverte par Stephen Arnon en 2009. Le type A a d’abord été appelé Oculinum, puis rebaptisé par Allergan Pharmaceuticals en 1991 sous le nom de « Botox » (OnabotulinumtoxinA). Une autre toxine de type A, appelée « Dysport » (AbobotulinumtoxinA), a été commercialisée dans le monde entier par Ipsen Pharmaceuticals en 1991. Xeomin » (IncobotulinumtoxinA) a été introduite par Merz Pharmaceuticals ; Hengli (Lanzhou Institute of Biological Products Co., Ltd ; Lanzhou, Gansu) et « Neuronox » (Medytox Inc., Corée du Sud) étant les autres sous-types disponibles dans les pays d’Asie du Sud. Neurobloc/Myobloc (RimabotulinumtoxinB) a été créé en 2000 par Elan Pharmaceuticals comme toxine de type B.

Le complexe de toxines est composé de neurotoxine botulique, de protéines non toxiques et d’excipients. La neurotoxine est une molécule dipeptidique d’un poids de 150 kDa, ayant une chaîne lourde et une chaîne légère attachées par une liaison disulfure. Les autres protéines non toxiques pèsent de 500 à 900 kDa et empêchent l’absorption par la peau. Les excipients sont constitués de lactose, de saccharose et d’albumine, qui déterminent le pH du médicament et contribuent à la stabilisation du composé. La rimabotulinumtoxine B a un pH de 5,4, ce qui la rend douloureuse à injecter, par rapport à la toxine de type A, qui a un pH de 7,4. L’incobotulinumtoxineA est la seule variété de la toxine qui peut être conservée à température ambiante, alors que les autres nécessitent une réfrigération. La rimabotulinumtoxine B est disponible sous forme de solution prête à l’emploi, tandis que d’autres sont des poudres lyophilisées qui doivent être reconstituées avec une solution saline normale à 0,9%. Après reconstitution, les fabricants recommandent d’utiliser le composé dans les quatre heures, mais le produit reconstitué peut être conservé pendant une semaine au réfrigérateur.

Après injection dans un site, les protéases tissulaires clivent la molécule du médicament. La chaîne lourde aide à lier la toxine aux glycoprotéines de surface à la terminaison du nerf cholinergique, et ainsi, elle est internalisée à la jonction neuromusculaire. La toxine inhibe la libération d’acétylcholine à la jonction neuromusculaire, ce qui entraîne une diminution efficace de l’activité de l’organisme.

Après injection dans un site, les protéases tissulaires clivent la molécule du médicament. La chaîne lourde aide à lier la toxine aux glycoprotéines de surface à la terminaison du nerf cholinergique, et ainsi, elle est internalisée à la jonction neuromusculaire. La toxine inhibe la libération d’acétylcholine à la jonction neuromusculaire, entraînant ainsi une diminution efficace de la transmission neuromusculaire à ces jonctions, mais sans entraîner de faiblesse cliniquement significative.
La toxine botulique est constituée d’une chaîne lourde et d’une chaîne légère. Après injection dans le muscle, elle atteint la jonction neuromusculaire où les protéases tissulaires coupent la molécule en chaîne lourde et légère. La chaîne lourde aide à l’internalisation de la toxine en se liant aux récepteurs de glycoprotéines de la surface terminale des nerfs. La chaîne légère entrave la liaison du SNARE (facteur soluble sensible au N-éthylmaléimide [NSF], récepteurs de fixation, protéines essentielles pour l’exocytose régulée)/VAMP (protéine membranaire associée à la vésicule) avec la vésicule synaptique contenant de l’acétylcholine et empêche en outre sa fusion avec la membrane. Cela inhibe la libération d’acétylcholine à la jonction et, par conséquent, le muscle ne peut pas se contracter. Il en résulte une faiblesse musculaire. Différentes toxines botuliques ciblent des protéines SNARE distinctes, comme l’illustre la figure ci-dessus

Non seulement il influence les motoneurones alpha, mais il influence également les motoneurones gamma, ce qui entraîne une réduction de l’activité afférente au fuseau. Cela entraîne une relaxation du muscle et une réduction de ses spasmes sans affaiblir le muscle. Il y a également un transport rétrograde de la toxine dans les axones et la moelle épinière, ce qui empêche l’inhibition des cellules de Renshaw et l’inhibition réciproque. On pense également que la toxine joue un rôle dans la modulation de la plasticité du cerveau. Le cerveau a tendance à réduire la taille de la représentation corticale d’une zone particulière qui n’est pas utilisée. Ainsi, en diminuant l’activité afférente au fuseau, la toxine botulique signale au cerveau une réduction de l’activité de cette zone, ce qui entraîne une nouvelle diminution de la taille de sa représentation et donc une diminution des mouvements. Deuxièmement, elle diminue également les niveaux corticaux GABAergiques, réduisant ainsi l’inhibition intra-corticale observée chez les patients atteints de dystonie[14].

La puissance des différents types varie, le type A étant trois fois plus puissant que le type B. L’effet de la toxine commence 2 à 3 jours après l’injection, culmine à 2 semaines et s’atténue à 2,8 mois. L’immunogénicité du type B est plus élevée ; les injections intramusculaires sont plus douloureuses et ont un effet plus important sur le système nerveux autonome ; elles sont principalement utilisées pour traiter des affections comme la sialorrhée, l’hyperhidrose et les symptômes non moteurs.

Plan d’injection

Une planification méticuleuse avant l’injection est très importante pour calculer les doses de toxines pour les différents muscles susceptibles d’être injectés. Un consentement éclairé écrit du patient est indispensable avant de procéder aux injections. Il est conseillé de filmer les mouvements pour référence ultérieure et de les utiliser comme référence de comparaison pour évaluer toute amélioration ou effet secondaire.

Il est de la plus haute importance d’avoir une connaissance détaillée de la toxine et de son taux de dilution, car cela influencera remarquablement les résultats chez les patients. Le taux de dilution chez les patients atteints de blépharospasme varie de 1,25 unités (U)/0,1 ml à 5 U/0,1 ml pour l’onabotulinumtoxineA et l’incobotulinumtoxineA, alors qu’il varie de 10 U/0,1 ml à 20 U/0,1 ml pour l’abobotulinumtoxineA. Les dilutions recommandées d’onabotulinumtoxinA/incobotulinumtoxinA pour les patientes souffrant de dystonie cervicale varient de 50 U/1 ml à 200 U/4 ml avec un sérum physiologique. Ce dosage dépend également du volume et du nombre de sites d’injection souhaités pour atteindre les objectifs du traitement. En général, il ne faut pas administrer plus de 50 unités par site et 400 U maximum par séance. Une aiguille stérile d’une longueur appropriée (par exemple, calibre 27-32 pour le blépharospasme et calibre 22-24 pour la dystonie cervicale) doit être utilisée.

La localisation des muscles concernés avec un guidage électromyographique (EMG) peut être utile, mais l’EMG ne peut révéler que si les muscles sont hyperactifs ou non. En 2006, Bhidayasiri et al. ont déclaré que les résultats des injections guidées par EMG étaient comparables à ceux des injections manuelles après palpation des muscles. Les ultrasons sont un nouveau moyen de localiser les muscles à injecter. Diverses études ont montré la supériorité des ultrasons sur la palpation clinique des muscles. Les injections supplémentaires sont guidées par la réponse du patient aux injections précédentes et les effets secondaires. Des doses plus élevées sont nécessaires si l’amélioration du patient est inférieure à 50 à 60% par rapport à l’injection précédente. La toxine est contre-indiquée pendant la grossesse et l’allaitement. Les injections de toxine botulique sont généralement sûres et efficaces, avec très peu d’effets secondaires. Il est important de noter tout antécédent de diathèse hémorragique ou d’administration de médicaments anticoagulants ; comme la toxine est administrée par voie intramusculaire, la présence de ces conditions peut entraîner la formation d’hématomes. La toxine peut se propager aux tissus voisins lorsqu’elle est injectée à fortes doses, ce qui entraîne rarement une faiblesse des muscles. De plus, les rares effets secondaires systémiques de la toxine qui sont signalés sont les suivants : syndrome grippal, fasciite nécrosante, dysfonctionnement de la vésicule biliaire, plexopathie brachiale et faiblesse musculaire généralisée. Un sous-ensemble de patients peut développer des anticorps contre la toxine, ce qui les rend non-répondants.

Blépharospasme et spasme hémi-facial

Le blépharospasme et le spasme hémi-facial sont les indications les plus courantes de l’injection de toxine botulique dans une clinique pour les troubles du mouvement. Le blépharospasme se caractérise par des contractions répétitives, involontaires et synchrones de l’orbicularis oculi entraînant une fermeture forcée des deux yeux. Il est classé comme clonique ou tonique, en fonction de la durée de la contraction musculaire. Le blépharospasme peut être primaire ou secondaire, avec diverses étiologies sous-jacentes. La toxine botulique de type A est très efficace pour le traitement du blépharospasme avec un taux de réponse supérieur à 90%.En 1987, Jankovic et Orman ont été les premiers à mener un essai randomisé sur des patients atteints de blépharospasme. Le muscle injecté est principalement l’orbicularis oculi, mais dans quelques cas, l’onduleuse supercilii et le procerus sont également injectés. Il est conseillé de commencer avec une dose efficace minimale et d’augmenter progressivement la dose en fonction des taux de réponse. Les doses de départ pour l’onabotulinumtoxineA et l’incobotulinumtoxineA sont de 1,25 à 2,5 U par site et de 22,5+-9,5 U par oeil. Il peut être nécessaire d’augmenter la dose à chaque séance en raison de la progression de la maladie ou de l’apparition d’anticorps neutralisants, mais il existe un sous-ensemble de patients qui nécessitent les mêmes doses ou qui n’ont peut-être même pas besoin d’autres injections.L’injection est généralement administrée dans la région pré-tarsienne de l’orbicularis oculi en trois ou quatre endroits, car elle s’est avérée plus efficace que les injections pré-séptales. Les doses maximales utilisées dans les études per se ssionnelles sont en moyenne de 40 à 75 U d’onabotulinumtoxineA, 62 U d’incobotulinumtoxineA et 120-240 U d’abobotulinumtoxineA.

Le spasme hémi-facial (SHF) se caractérise par une dyskinésie des muscles faciaux impliquant une contraction tonique irrégulière ou clonique involontaire des muscles périoculaires et périorbitaires innervés par le septième nerf crânien. La plupart des cas sont unilatéraux, avec une incidence de seulement 0,6 à 5 % dans la littérature des cas bilatéraux. Yoshimura et al, en 1992, ont été les premiers à utiliser la toxine botulique chez des patients souffrant de spasme hémi-facial. Les muscles impliqués dans le spasme hémi-facial comprennent l’orbicularis oculi, le zygomaticus major et minor, le risorius, le levator labii superiosis, l’orbicularis oris, le mentalis, le dépressor angularis et le platysma ; cependant, le muscle à injecter est basé sur l’observation par le médecin de l’implication des muscles. Les doses de départ sont de 2,5 à 5 U par site pour l’onabotulinumtoxineA/incobotulinumtoxineA, et de 15 à 20 U par site pour l’abobotulinumtoxineA.Une des études a rapporté une amélioration globale de 80% chez les patients souffrant de spasme hémi-facial et ayant reçu une injection de toxine botulique, et n’a trouvé aucune différence dans l’efficacité de l’onabotulinumtoxinA et de l’abobotulinumtoxinA. Une étude réalisée en 2010 a montré que la toxine botulique a non seulement amélioré les symptômes moteurs chez les patients souffrant de spasmes hémi-faciaux, mais qu’elle a aussi nettement réduit les symptômes non moteurs (larmoiements, irritation des yeux, paresthésies faciales et cliquetis dans l’oreille) chez ces patients de près de 75% après l’administration de la première injection elle-même.Une autre étude a montré que la toxine botulique de type A était efficace pour améliorer l’asymétrie faciale présente au repos, mais qu’elle aggravait la symétrie faciale lors des mouvements volontaires[39]. L’effet de la division des points d’injection en deux au niveau des muscles zygomatiques et risorius s’est avéré égal à l’administration d’une injection non divisée.

Les effets secondaires varient de 3 à 25% et comprennent la ptose, le lagophthalmie, la sécheresse oculaire, l’entropion, les ecchymoses locales, le larmoiement, la kératite et la diplopie. Ces effets étaient transitoires et généralement réversibles.

Dystonie cervicale

La dystonie cervicale est la plus courante des dystonies focales et se caractérise cliniquement par des contractions involontaires des muscles cervicaux provoquant des mouvements et des postures anormaux de la tête. La classification actuelle de la dystonie cervicale comprend le torticolis (rotation ou retournement de la tête vers un côté), l’antérocolis (flexion de la tête et du cou), le latérocolis (inclinaison de la tête vers un côté) et le rétrocolis (extension de la tête et du cou). Une combinaison de ces mouvements est couramment observée dans la pratique clinique. Récemment, les combinaisons de dystonies cervicales complexes ont été classées en fonction des mouvements du cou (collis) et de la tête (caput). En outre, il peut y avoir une déviation latérale ou sagittale (antérieure ou postérieure) de la base du cou par rapport à la ligne médiane. Les patients présentant un décalage sagittal antérieur ont de façon caractéristique un antéro-collis et un rétrocaput provoquant une posture en col de cygne, tandis que ceux présentant un décalage sagittal postérieur ont un double menton secondaire au rétro-collis et à l’antérocaput.

Bien que la dystonie cervicale soit la variété la plus courante des dystonies focales, peu de médecins sont formés à leur traitement. De nombreux facteurs doivent être pris en compte lors de l’injection de la toxine chez les patients atteints de dystonie cervicale. Tsui et al. ont été les premiers, en 1985, à démontrer l’efficacité de la toxine botulique de type A chez les patients atteints de dystonie cervicale, tandis qu’en 1997, Lewy et al, ont montré que la toxine de type B est également efficace. Les toxines botuliques de type A et B ont toutes deux été approuvées pour le traitement de la dystonie cervicale, et des études ont montré qu’il n’y avait pas de différence significative entre leurs efficacités. Dans une étude de Zoons et al. 43 à 68 % des patients atteints de dystonie cervicale auxquels on a injecté de la toxine botulique ont fait état d’un effet bénéfique. Ils ont utilisé le Tsui et la Toronto Western Spasmodic Torticollis Rating Scale (TWSTRS) pour enregistrer une amélioration des symptômes. Les effets secondaires comprenaient une faiblesse focale des muscles du cou et une dysphagie, qui pouvait être réduite en évitant l’injection dans la partie inférieure du muscle sternocléidomastoïdien (SCM). L’incidence de la dysphagie variait de 10 à 12 % et était observée en particulier lorsque des MCS bilatéraux étaient injectés dans les cas d’antecollis et également lorsque des doses plus élevées de la toxine étaient utilisées pour la dystonie cervicale. Bien que la toxine botulique soit la thérapie de première ligne pour la dystonie cervicale, il a été constaté qu’environ 30 % des patients abandonnaient la thérapie dans diverses études longitudinales. L’étude de Jinnah et al. a indiqué que le bénéfice estimé par le médecin était plus élevé que le bénéfice estimé par la patiente, et que l’absence de bénéfice était généralement due à un mauvais dosage et à une mauvaise sélection des muscles plutôt qu’à un manque réel d’efficacité de la toxine botulique. Le groupe de patients qui ont moins bien répondu au traitement comprenait ceux qui avaient des antécédents d’infection à la toxine botulique.

Voici quelques sites de référence qui parlent du botox et qui peuvent vous donner d’autres éléments :

http://www.cmege.ch/

https://www.riccardomarsili.fr/

https://www.botealis.ch

https://geneve-esthetique-medicale.ch

www.doctissimo.frwww.santemagazine.fr